Passer au contenu principal

Flash marchés du 8 au 12 août 2016


 

16/08/2016
 

Environnement économique


Etats-Unis : la productivité a baissé de 0,5 % au second trimestre. Cette dégradation s’explique par la conjonction d’une augmentation de 1,8 % du nombre d’heures travaillées et d’une croissance de la production limitée à 1,2 %. Sur un an, le coût unitaire du travail a progressé de 2,1%. Ces chiffres sont scrutés par la Banque centrale pour sa politique monétaire. Avec les bons chiffres de l’emploi publiés la semaine dernière, la probabilité d’une hausse de taux avant la fin de l’année a augmenté. Mais les ventes au détail en juillet sont restées stables, ce qui tempère l’optimisme sur l’économie américaine. C’est ce qui explique qu’il faut attendre la réunion du 14 juin 2017 pour que la probabilité d’une hausse de taux dépasse 50 %. 

Zone euro : la hausse du PIB a été confirmée à +0,3% pour le deuxième trimestre. Toutefois, la croissance en France a stagné au cours de cette période. L’inflation a baissé de 0,4 % en juillet. Ce phénomène s’explique en bonne partie par les soldes d’été. Sur un an, la hausse des prix atteint 0,2%.
 
 

Marchés financiers


Taux : les rendements à 10 ans français bougent peu et restent à peine supérieurs à 0,10 %. Le fait marquant vient de la détente des taux espagnols et italiens. Ceci s’explique par le comportement des investisseurs à la recherche de rendements plus élevés que ceux offerts par l’Allemagne (-0,10 %) et la France (0,11 %). La perspective, certes encore fragile, d’un accord politique en Espagne renforce aussi l’attrait pour ce pays. Le taux 10 ans a donc baissé sous la barre des 1 % à 0,93 %. Son homologue italien, à 1,05 %, pourrait le rejoindre prochainement si un accord est trouvé à propos du renflouement des banques locales.

Actions : les indices actions continuent leurs performances positives du mois dernier. La faiblesse des volumes ne doit cependant ne pas être oubliée et vient relativiser le bon comportement des places boursières. Mais plusieurs facteurs se sont conjugués ces dernières semaines pour créer un climat plus favorable à l’investissement. Au Japon, l’action de la Banque centrale ainsi que des mesures budgétaires ont permis d’espérer un regain de croissance. En Europe, les tensions qui avaient suivi le résultat du référendum au Royaume-Uni se sont estompées. La première ministre Theresa May a confirmé que son pays sortirait de l’Union européenne et la fermeté des autres membres a dissipé, pour le moment, les craintes d’une division des Européens sur ce sujet. La bonne tenue des cours du pétrole depuis le début du mois d’août a favorisé les cours des titres du secteur. Enfin, les résultats trimestriels des entreprises ont été, dans l’ensemble, bien perçus, alors que les prévisions des analystes étaient pessimistes.

Rédigé le 12 août 2016
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller