Passer au contenu principal

Flash marchés du 22 au 26 mai 2017


 

​le 26 mai 2017

 

Environnement économique


Chine : l’agence de notation Moody’s a dégradé la qualité de la dette chinoise, pour la première fois depuis 28 ans. La note est passée d’AA3 à A1, ce qui reste une appréciation correcte, mais qui montre que « la solidité financière du pays va quelque peu s’éroder alors que la dette (plus de 250% du PIB) va continuer à augmenter tandis que le potentiel de croissance ralentit. ». Un point avait été fait, il y a un mois, dans l’analyse des marchés figurant sur les sites internet. Si le pays a pris des mesures pour renforcer la régulation financière, ces mesures vont ralentir, sans l’empêcher, l’augmentation de la dette. Enfin, une analyse plus fine de l’endettement montre que les grands groupes publics sont très endettés et  peu profitables, ce qui pose le problème de l’insuffisance des créances douteuses dans de bilan des banques. Rappelons que la dette chinoise est très largement détenue par les Chinois eux-mêmes, ce qui réduit, à court  terme, un risque de contagion au système financier mondial.


Zone euro : la Banque centrale estime que le risque de soutenabilité de la dette augmente dans certains pays européens (Italie, Espagne, Portugal et France en particulier), alors qu’une hausse des taux trop rapide pourrait poser des problèmes de solvabilité budgétaire. La Banque redoute une hausse rapide des taux, en contagion avec les Etats-Unis, sans amélioration simultanée des perspectives de croissance.


Etats-Unis : la Banque centrale a confirmé qu’elle souhaitait réduire très progressivement la taille de son bilan. Celui-ci avait beaucoup augmenté du fait des montants importants d’achats d’obligations ces dernières années. Pour ne pas faire courir le risque d’une vente massive de ces obligations, ce qui aurait entraîné une forte baisse des cours et une hausse concomitante des taux, la perspective d’une réduction lente et progressive a rassuré le marché obligataire. Enfin, la croissance économique au premier trimestre a été revue à la hausse, passant de 0.7% à 1.2% en rythme annualisé, contre 2.1% au dernier trimestre 2016. Cette révision est à mettre au compte d’une consommation des ménages plus importante.


Pétrole : l’OPEP prolonge, sans renforcer, la baisse de la production. Les intervenants attendaient une baisse supplémentaire des quotas, ils ont donc été déçus et le prix du baril a perdu jusqu’à 5 % à la suite de de cette annonce. La maîtrise de l’offre de pétrole est complexe à réaliser du fait de l’augmentation de la production en Russie ces dernières années et du retour du pétrole de schiste aux Etats-Unis où les coûts d’extraction ont chuté pour atteindre 30 à 40 $. On attend d’ailleurs une hausse de la production aux Etats-Unis, elle passerait de 9.3 millions à 9.7 millions de barils cette année.

 

 

Marchés financiers

 


Taux : les propos conciliants de la Banque centrale américaine et les nouvelles difficultés politiques de l’administration Trump ont favorisé le marché obligataire européen. A titre d’exemple, le taux de l’OAT 10 ans est passé de 0.80% à 0.77%. En revanche, les difficultés ont ressurgi pour trouver un accord entre la Grèce et ses créanciers, ce qui a entraîné une augmentation des taux dans ce pays. L’emprunt 10 ans grec a vu son rendement augmenter de près de 20 points de base à 5.98%.
Actions : malgré les déboires de l’administration américaine et les incertitudes toujours fortes sur la capacité à mettre en place un plan de relance, le marché actions américain a continué à bien se comporter. Si ce marché est cher, en termes de capitalisation des résultats, il avait pris du retard par rapport au marché de la zone euro depuis le début de l’année. En Europe, le compartiment des bancaires est un peu plus hésitant, mais reste en surperformance depuis le début de l’année, à +13.58%, contre environ 10% pour l’indice tous secteurs confondus. Le cours de Natixis a baissé avec le détachement du dividende de 0.35 €, soit un rendement de 5.41% sur la base du cours du 25 mai.

Rédigé le 26 mai 2017

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller