Passer au contenu principal

Flash marchés du 20 au 24 juin 2016


 

​Environnement économique : l’Europe au cœur des inquiétudes

Le référendum au Royaume-Uni a été au centre des préoccupations des investisseurs tandis que les statistiques économiques ont été reléguées en second plan.

Avec un taux de participation de 72 % et un vote à hauteur de 51,9 % en faveur de la sortie de l’Union européenne, le message est à la fois clair et compliqué. Clair, car la réponse ne laisse pas de place au doute sur la volonté de sortie.

Mais à y regarder de plus près, l'Europe se trouve en face d’une double complication. L’Angleterre et le Pays de Galles se sont exprimés en faveur d’une sortie, alors que l’Irlande du Nord et l’Ecosse ont voté en faveur du maintien dans l’UE. Le Royaume-Uni sort donc désuni de ce référendum. Les pays de l’UE, de leur côté, vont aborder les futures négociations en étant divisés. Les Allemands déclarent que l'on ne peut répondre aux choix fait outre-Manche par plus d’intégration alors qu’on assiste à une montée des "eurosceptiques" dans la plupart des pays. La France est d’un avis opposé et le sommet européen des 28 et 29 juin va devoir composer avec deux tabous : le transfert de souveraineté côté français, les transferts financiers ou de solidarité côté allemand.
Les prochaines négociations avec les Anglais vont porter sur les 53 accords de libre-échange entre l’UE et le reste du monde qui sont remis en cause par l’issue du référendum. Il faudra au moins deux ans pour redessiner des relations commerciales, à un moment où la croissance et les échanges dans le monde sont affaiblis.

Marchés financiers : retour vers les placements refuges

Vendredi, les places boursières ont perdu les gains enregistrés depuis la mi-juin, c’est-à-dire 6% à 8% sur les indices actions européens. Les banques, dont les cours s’étaient redressés, ont perdu environ 15% de leur valeur. Les établissements français ont sous-performé leurs homologues de la zone euro.

Sur le marché des changes, les cours de la livre et, dans une proportion moindre de l’euro ont chuté face au dollar et au yen. Le cours de l’or a gagné plus de 4 % à 1315 dollars. Le prix du baril de pétrole a perdu entre 3 % et 4 %, repassant en-dessous des 50 dollars.
Sur l’obligataire, l’emprunt d’Etat allemand à 10 ans a été très recherché, ce qui a fait monter son cours et a ramené son rendement en territoire négatif à -0,07 %. L’emprunt français a suivi, mais de loin, à 0,36 %. Les taux italiens, espagnols et portugais ont monté, augmentant leur prime de rendement face au taux allemand.

Rédigé le 24/06/2016
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller