Passer au contenu principal

Flash marchés du 19 au 23 septembre 2016


 

​26/09/2016

 

Environnement économique

Japon : la Banque centrale a indiqué que si elle devait à nouveau assouplir sa politique monétaire, elle abaisserait son taux directeur qui est pourtant déjà en zone négative à - 0,10 %. Elle n’aurait donc pas recours à une extension de son programme d’achat de titres sur le marché. Cela a entraîné une baisse du yen face au dollar et l’euro, une remontée des taux 10 ans, qui restent cependant en territoire négatif à - 0,6 %, et une hausse sensible de la bourse japonaise.
 
 États-Unis : la Banque centrale a maintenu son taux directeur à l’intérieur de la fourchette 0,25 % - 0,50 %. Mais les propos de la présidente Janet Yellen ont laissé entendre qu’une hausse en décembre était probable. Si l’environnement économique est jugé satisfaisant, la révision à la baisse du taux de croissance à long terme du PIB laisse à penser que le rythme de hausse des taux sera très lent et finalement d’une ampleur limitée. Ce discours a été apprécié des investisseurs.
 
 Zone euro : l’enquête de septembre auprès des entreprises montre que l’activité a ralenti en septembre et enregistre sa plus faible croissance depuis janvier 2015. Cette première estimation fait apparaître une surprise : la croissance de la zone euro repose principalement sur la France où le secteur des services fait preuve d’un dynamisme inattendu. L’indice français, tous secteurs confondus, dépasse celui de l’Allemagne, pour la première fois depuis 4 ans. Mais si on regarde en arrière, on note que selon l’INSEE l’activité en France s’est finalement contractée (- 0,10 %) au deuxième trimestre, après une croissance de 0,70 % sur les 3 premiers mois de l’année. En première estimation, l’Institut avait annoncé une stagnation du PIB entre mars et juin.
 

 Marchés financiers

Taux : le discours de la présidente de la Banque centrale américaine a provoqué une détente des taux 10 ans sur la semaine. L’emprunt français à échéance 2026 voit son rendement revenir à 0,20 %. Rappelons que le point bas a été atteint fin juillet, à 0,10 %.
 
 
Actions : les propos des Banques centrales japonaises et américaines ont été plutôt bien perçus par les investisseurs. Le fort rebond des indices a été tiré par les valeurs bancaires et conduit au constat suivant : si on intègre les dividendes versés, l’indice américain S&P 500 gagne plus de 7 %, le CAC 40 ne perd qu’un peu plus de 1 % et l’Euro Stoxx 50 recule de 4,70 %.
 
Rédiger le 26 septembre 2016
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

acces directs
Contacter un conseiller